Une autobiographie sous le signe du bonheur qui retrace les grands moments de la vie du grand communicateur qu'est Jacques Laurin. Une de mes vieilles amies soutient que je suis né «doué pour le bonheur» et que mon visage en témoigne. Voilà sûrement pourquoi mes anciens élèves me disent, malgré les signes évidents de mon grand âge: «Monsieur, vous ne changez pas, vous êtes toujours le même.»
À   travers   ce   récit   se   raconte   l'histoire   d'un   homme,   l'auteur,   le   narrateur,   le   deuxième   de sa   famille,   qui,   s'apprêtant   à   franchir   le   seuil   de   la   prime   vieillesse,   se   voit   rappeler   son passé   qu'il   compare   spontanément   à   son   présent.   Il   est   amené   à   revisiter   sa   tendre enfance   pour   constater,   à   la   fois   amusé   et   inquiet,   à   quel   point   le   monde,   les   choses   et lui-même ont changé. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Ce   livre   est   également   un   témoignage   sur   la   famille   et   sur   la   fraternité,   éléments fondateurs   de   nos   sociétés,   aujourd'hui   en   voie   de   disparition.   Un   livre   sur   l'enfance aussi,   rédigé   à   partir   des   souvenirs   communs   qu'évoquent   ensemble   les   membres d'une   famille   de   quatorze   enfants,   souvenirs   fatalement   déformés   par   le   temps   et   sans cesse confrontés aux réalités actuelles. Ces   récits   croisés   d'événements   perçus   très   différemment   par   les   plus   âgés   et   les   plus jeunes   forment   une   fresque   s'étendant   sur   plus   de   soixante   ans,   dans   laquelle   on   peut suivre,    parfois    de    loin,    parfois    au    premier    plan,    les    grandes    transformations    de    la société   dans   laquelle   nous   avons   vécu.   Transformations   des   moeurs,   des   peurs,   des croyances   et   des   sentiments,   de   la   foi,   des   attitudes   et   des   habitudes,   de   la   notion   de fraternité, de l'étranger, de la famille, de l'amour…  
 
 
Jadis,si je me souviens bien... Germain, Georges-Hébert
Jadis,si je me souviens bien...
Georges Hébert Germain, 27 mars 2013, Expression Libre ,265 pages
Chroniques d'un homme heureux, avril 2013, Les Éditions de l'homme, 268 pages
L'Histoire du Québec pour les nuls. Un ouvrage à lire et à relire À   coup   sûr,   la   synthèse   d'Éric   Bédard   constitue   un   ouvrage   marquant.   Tous   y   trouveront   leur compte,   historiens   comme   grand   public   :   des   passages   pourront   donner   lieu   à   des   découvertes, celles    de    faits    et    gestes    qui    avaient    échappé    à    l'attention;    d'autres    pourront    conduire    à    des redécouvertes,   résultant   de   liens   entre   deux   événements   passés   jusque-là   inaperçus.   Même   les intéressés   à   la   relation   franco-québécoise   ne   resteront   pas   sur   leur   appétit   :   si   la   première   partie   de l'ouvrage   présente   une   aventure   partagée   de   part   et   d'autre   de   l'Atlantique,   les   divisions   suivantes n'entrouvrent pas moins la porte à l'occasion sur une France qui ne manque pas d'être présente.
L'Histoire du Québec pour les nuls, Éric Bédard, Éditions françaises First, 21 déc.2012, 378 pages
Pourquoi hésiter à écrire ? «   Évidemment,   en   se   lançant   dans   l’écriture   personnelle,   il   n’est   pas   question   de   chercher   à   passer   à l’Histoire.   Le   but   visé   est   plutôt   de   faciliter   les   réponses   aux   interrogations   éventuelles   de   la   génération   qui suit,   de   sauvegarder   le   passé,   de   faire   connaître   la   tradition   et   de   faire   comprendre   la   modernité. Autrement dit,   livrer   ce   qu’on   possède,   faire   connaître   ce   qu’on   a   connu   et   vécu,   tout   cela   permet   aux   personnes   qui suivent   d’élargir   leur   horizon.   Ainsi,   nos_enfants   et   nos   petits-enfants   pourront   apprendre   comment   se vivaient   nos   joies,   nos   succès,   nos   deuils   et   nos   chagrins,   et   réaliser   que,   d’une   génération   à   l’autre,   les émotions   ne   changent   guère.   «   Écrire   sa   vie   n’est   donc   pas   l’apanage   des   écrivains   ou   des   gens   célèbres. C’est, virtuellement, l’affaire de tout le monde. » Pourquoi hésiter à écrire ? Thérèse Lesage-Vézina, La Plume d’Oie, 2001,  p. 15 .
L'Autre moitié de l'Orange ISBN:  978-2-89431-100-4 Vally Zéléna Témoignage , Éditions JCL Collection Témoignage Format: 140 X 216 mm; 5 1/2 X 8 1/2 po 430 pages,1992
 Résumé du livre C'est   après   avoir   retrouvé   une   bague   dans   son   appartement   incendié   en   1990   que   Vally   Zéléna   se   décide   à   coucher   sur   papier   cette histoire d'amour mouvementée que fut la sienne pendant 24 ans. Lui,   Lori,   c'est   pour   avoir   plagié   une   page   de   la   Bible   sous   la   forme   d'une   lettre   à   son   amie   de   cœur   qu'il   se   verra   obligé   formellement d'épouser   en   justes   noces   sa   jeune   amie   de   18   ans.   Afin   de   faire   annuler   le   mariage,   ils   se   quitteront   la   journée   même   et   Lori   ira   jusqu'à s'enfuir aux USA. Elle,   Vally,   orpheline   de   père   à   cinq   ans,   originaire   d'une   famille   de   l'aristocratie   russe,   exilée   à   Paris   en   1925,   fera   la   rencontre   de   ce musicien cubain en 1937. Ce sera le coup de foudre et quel coup… Voilà   une   histoire   qui   aurait   très   bien   pu   sortir   de   l'imagination   d'un   romancier.   Ce   n'est   pas   le   cas. Tous   les   détails   ont   été   vécus.   L'auteure est la dernière survivante – du moins le croit-elle – de cette aventure amoureuse belle comme la vie. Lori est-il vraiment mort? Comme   personne   ne   lui   a   apporté   la   preuve   véritable   de   la   mort   de   son   amant,   Vally   se   surprend   à   espérer   encore   qu'il   revienne   un   jour   et lui dise tout bonnement sans crier gare: «Bonjour, Vally, c'est moi.» Chaque   être   humain   serait   la   moitié   d'une   orange   à   la   recherche   de   son   autre   moitié…   Une   histoire   vraie   qui   se   déroule   au   pays   de   la passion et de la musique!
   En   écrivant   sa   vie,   on   se   donne   une   chance   extraordinaire   de   s'aimer   davantage   et   de   rectifier   l'image   que   l'on   a   de   soi,   pour   mieux continuer. Tentant, non? Que   diriez-vous   de   vous   offrir   un   cadeau   fait   de   votre   main,   et   pour   lequel   vous   disposez   déjà   de   tout   le   matériel   nécessaire   :   amours, haine,   peurs,   triomphes?   Toute   vie   est   riche,   étonnante,   intéressante.   «Même   la   mienne?»,   direz-vous,   sceptique.   Oh   oui!   Aucune   autre ne   lui   ressemble.   Elle   est   unique.   Il   n’y   a   pas   que   les   écrivains   ou   les   gens   célèbres   qui   ont   le   droit   d’écrire   leur   biographie.   Chaque   être humain   a   une   voix   authentique   qui   peut   raconter   sa   vie   honnêtement,   avec   dignité   et   en   détail.   Tous   ceux   qui   l’ont   fait   –   écrivains reconnus   ou   pas   –   sont   unanimes:   écrire   son   histoire   est   thérapeutique.   Cette   aventure   peut   rectifier   l’image   fausse   ou   incomplète   que l’on   a   de   soi,   et   aider   à   s’approprier   sa   vie.   Ce   cadeau   sublime   que   l’on   s’offre,   bien   sûr,   il   ne   coûte   rien.   Mais   il   demande   du   temps,   de   la patience, de la passion. Puis,   à   la   différence   des   gens   célèbres   qui   se   racontent,   on   n’écrit   que   pour   soi.   C’est   dans   cette   optique   que   l’on   relate   les   événements vécus   et   la   manière   dont   on   y   a   réagi,   sans   porter   quelque   jugement   qu   ce   soit. Au   fur   et   à   mesure   que   l’on   se   souvient,   on   renoue   avec la   personne   que   l’on   était   plus   jeune   et   dont   on   ressent   toute   l’énergie,   toute   la   fraîcheur.   Se   laisser   aller   à   la   compassion   parfois? Pourquoi   pas,   mais   sans   s’éterniser   sur   chacune   des   blessures,   pas   plus   que   sur   chacune   des   joies   d’ailleurs.   «Il   faut   entreprendre   son récit   de   vie   comme   si   on   se   rendait   en   voiture   d’un   océan   à   l’autre,   suggère   l’auteure,   cinéaste   et   professeure   d’écriture   autobiographique Julia   Cameron   dans   son   livre   La   veine   d’or.   Si   l’on   s’arrête   à   chaque   site   panoramique,   on   n’ira   pas   très   loin.   Ce   qui   est   primordial,   c’est d’être en mouvement constant. Écrivez rapidement et sans mise au point.» Des éléments manquent? Laissez des espaces et continuez. Si   on   prend   la   peine   de   se   raconter,   ce   n’est   pas   pour   adhérer   à   «l’histoire   officielle»   de   sa   vie,   celle   qui   nous   a   été   transmise   par   des parents   et   l’entourage.   Il   faut   passer   par   ses   propres   yeux   pour   faire   la   narration   des   péripéties   de   sa   vie.   Votre   mère   vous   a   toujours   dit que   la   naissance   de   votre   petit   frère   vous   «avait   enfin   délivrée   de   votre   solitude»?   Vous   savez   très   bien,   vous,   que   son   arrivée   vous   a rendue   extrêmement   jalouse.   C’est   ce   qu’il   faut   écrire,   afin   d’exorciser   cette   période   de   votre   vie.   «François   était   beau   comme   un   dieu, brillant,   drôle,   raconte   un   jour   le   timide   Bernard.   Dès   sa   naissance,   on   a   commencé   à   m’oublier. Toute   mon   enfance   a   été   marquée   par   la jalousie.   Je   me   suis   retenu   souvent   pour   ne   pas   laisser   éclater   ma   rage,   pour   ne   pas   dire   à   ma   mère   que   je   lui   en   voulais   d’avoir   mis   au monde   mon   frère   François…»   C’est   cette   vérité-là,   sa   vérité,   que   Bernard   doit   écrire.   Il   versera   peut-être   quelques   larmes,   puis   il poursuivra.   Sans   doute   aussi   qu’il   se   rappellera   les   bons   moments   passés   avec   ce   même   François,   à   jouer   à   l’ogre,   à   se   rouler   dans   la neige… Cela également, il l’écrira.
Titre: Ma vie avec Mozart Auteur(s): SCHMITT ERIC-EMMANUEL Section :LITTERATURE FRANCAISE Éditeur: ALBIN MICHEL Prix régulier: 31.95$  Un   adolescent   tourmenté   assiste   par   hasard   à   une   répétition   des   'Noces   de   Figaro'.   Par   la   voix   de   la comtesse,   Mozart   lui   sauve   la   vie.   On   ne   quitte   pas   un   monde   si   plein   de   richesses   et   de   beauté.   Eric- Emmanuel   Schmitt   et   le   compositeur   de   génie   ne   se   quitteront   plus. A   dix-huit   ans,   comment   ne   pas   se reconnaître   dans   les   émois   amoureux   et   les   désirs   de   Chérubin,   plus   tard   dans   l'avidité   sensuelle   de Don   Juan   ?   Une   relation   intime   s'installe.   Le   musicien   devient   à   la   fois   l'enchanteur   et   le   directeur   de conscience   qui   révèle   la   poésie   des   choses,   apprend   la   douleur   et   la   tendresse.   A   son   école,   l'élève devient    meilleur.   Adulte,    philosophe    et    bientôt    dramaturge,    dans    les    moments    d'allégresse    ou    de souffrance,   à   chaque   page   de   sa   vie,   un   air,   un   choeur,   un   quatuor,   une   messe   ou   une   sonate   viennent le   conseiller,   le   consoler,   lui   donner   l'intelligence   et   la   foi.   Comment   devenir   soi-même,   accepter   la   mort, reconnaître le bonheur au passage ?
Thérèse Lesage-Vézina a publié six ouvrages : Les livres qui ont coloré ma vie..., Pourquoi hésiter à écrire ?, Un château moyenâgeux, Cap sur l'éternité, Carnet de route et Les langages de l'écriture suivi de À la recherche d'un langage. Elle est titulaire d'un baccalauréat (1982) et d'une maîtrise (1996) en littérature française de l'Université
  Allée de mes souvenirs : récit autobiographique LESAGE-VÉZINA, THÉRÈSE
 EDITIONS DE LA FRANCOPHONIE 15 mai 2015, 165 pages
© Dolor lorem esse ad irure amet 2012
Chroniques d'un homme heureux, Jacques Laurin
Laval. Son amour pour la vie, le voyage et les mots s'exprime à travers des connaissances historiques, culturelles et artistiques porteuses d'une spiritualité ouverte et généreuse. Elle nous présente ici son septième ouvrage, un texte autobiographique, L'allée de mes souvenirs
Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien