Nouveau groupe de participants ( 26 septembre 2016)

Activités à JMR/Charlesbourg

Défilement automatique

des photos classées par ordre de publication.

Galerie de  photos
Dans l’ordre habituel: Robert Massé,Françoise Marcotte, Huguette Gendreau, Rachel Goulet, Céline Cossette, Danielle Prévost, Marguerite Tremblay,Jocelyne Banville, et Jean-Marie Perron, animateur.  
          Le     groupe     qui     avait     démarré     le programme    JMR    le    26    septembre    2016 tenait   le   5   décembre   dernier   sa   dernière rencontre.         Fin    de    projet    très    émotive    dans    les textes,   dans   l'atmosphère   mais   beaucoup de satisfaction dans leur réussite.       Le   groupe   entreprendra   les   ateliers   de suivi en janvier 2018.

5 décembre 2017

Fin de programme 
Ci-dessous, quelques photos de la bibliothèque  Paul-Aimé Paiement de Charlesbourg où ont lieu les rencontres  de JMR.
Diane Gagné témoigne de son expérience à  Je Me Raconte. Arrivée à JMR  en 2006, Diane a accepté de nous partager  les moments forts de ses 10 années d’expérience comme animatrice à la Compagnie des Jeunes Retraités/es du Plateau de Charlesbourg. Cette belle aventure avec Je me raconte débute en 2006. Je prends connaissance de cette méthode d’écriture autobiographique par le biais du journal Le Soleil. Je rencontre M. Poulin, un des concepteurs de la méthode qui m’explique en quoi elle consiste et me parle de la possibilité de devenir animatrice. Je décide d’abord de participer aux ateliers de Je me Raconte. J’ai le privilège d’être accompagnée par Jacques Deschamps pour une période d’un an et demi soit de 2007 à 2008. J’aime beaucoup ce concept d’écriture. Et parallèlement à cela, je débute une nouvelle aventure à titre d’animatrice à l’automne 2007. Cette grande expérience a duré jusqu’au printemps 2016 où j’ai terminé un suivi d’accompagnement pour un cinquième groupe. Je me sens honorée d’avoir côtoyé 38 personnes qui ont partagé leurs récits de vie avec moi et avec les personnes de leur groupe respectifs. J’y ai fait des rencontres de cœur, d’âme, d’authenticité, de partage, d’humour, de tendresse et d’amour. J’ai assisté à des miracles extraordinaires de gens qui ont accepté de faire confiance et de se livrer, qui ont dépassé des limites psychologiques, émotives et parfois intellectuelles, qui ont eu la satisfaction non seulement d’écrire mais aussi pour une quinzaine d’entre eux d’éditer leur volume à compte d’auteur. Quel merveilleux accouchement et quel legs exceptionnel pour leurs proches. Je considère que pour les autres, rien n’est perdu puisque ces écrits sont quelque part dans un fond de tiroir. Une histoire a été tissée et est prête à être léguée. Ce processus m’a conduite à écrire et éditer la biographie de ma mère en 2008 et celle de mon beau-père en 2009. Aujourd’hui mes deux petits-enfants ont dans leur bibliothèque l’histoire de leur arrière grands-parents et j’en suis très fière. Quant à mon histoire, j’ai tous les éléments en main, il n’y a plus qu’à les rassembler. J’ai également accompagné six personnes en individuel en écriture autobiographique et j’en suis actuellement à écrire un mémoire de maîtrise en étude des pratiques psycho-sociales sur l’écriture comme outil d’éveil de conscience. Je me surprends à constater lors de cet écrit où m’a conduit le concept d’écriture de « Je me Raconte », comme quoi ma passion au sujet de  l’écriture se poursuit. Je remercie chaleureusement les concepteurs de la méthode, particulièrement M. Poulin avec qui j’ai développé des liens indescriptibles, de confiance et de partage. C’est un homme de cœur et si généreux de sa personne. Je remercie également tous mes participants qui m’ont fait suffisamment confiance pour partager avec moi tous ces moments merveilleux et extraordinaires. Je leur en suis très reconnaissante. Merci et longue vie à Je me Raconte. Diane Gagné, 14 décembre 2017
Ci-contre, l’’animateur de JMR/Charlesbourg examinant attentivement le document du suivi planifié pour février prochain.

Début des prochains ateliers reporté à janvier 2019.

© Dolor lorem esse ad irure amet 2012
Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien
« La mémoire est  une faculté qui oublie » J’imagine    que    je    ne    suis    pas    le    seul    qui    oublie    en    vieillissant. Comme     si     le     cerveau     ne     pouvait     contenir     qu’une     quantité maximale   de   souvenirs.   En   arrivant   à   un   certain   âge,   on   doit faire   un   choix   ;   raviver   sa   mémoire   ou   abandonner.   J’ai   essayé   de me   souvenir   et   de   mettre   par   écrits   des   souvenirs,   tantôt   sous forme littéraire, tantôt sous forme d’anecdote. Je       vous       présente       mes       ancêtres,       ma       famille       et       les       us   et   coutumes   qui   nous   habitaient   durant   mon   enfance.   J’y   relate des   souvenirs   de   mon   cheminement   scolaire   jusqu’à   mon   échec universitaire. Je   vous   raconte   ma   vie   amoureuse   et   vous   brosse   un   portrait   de ma    vie    de    couple.    Je    vous    parle    de    ma    vie    de    famille    et    des difficultés rencontrées au passage. Ma vie au travail tient une grande place. Aujourd’hui encore les souvenirs de mon passé sont vagues sinon inexistants. Maintenant   à   la   retraite,   i l   faut   entrevoir   ce   que   la vie       nous       réserve.       Le       passé       ne       reviendra       pas.    Mais      avant      de      penser      à     l’avenir,      il      faut      vivre      le    présent.     Il     ne   faut   pas   craindre   la   vieillesse;   vieillir   est un privilège.
Quelques souvenirs, et anecdotes,Robert Massé,225 pages, 11 octobre 2018, formation JMR/Charlesbourg 2016
Robert Massé, auteur
Pour agrandir le texte : CRTL + roulette de la souris
11 octobre 2018 148e publication
Quelques souvenirs,                       et anecdotes