© Dolor lorem esse ad irure amet 2012
Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien

Chronique JMR-Alma

Par Pierrette Guay Depuis   le   début   du   programme   Je   me   raconte,    une trentaine   de   participants   ont   publié   leurs   souvenirs et   ont   laissé   une   trace   de   leur   vie   à   leurs   proches. Leurs   publications   sont   remplies   d’anecdotes   qui, bien   qu’elles   leur   soient   personnelles,   rejoignent les    souvenirs    de    plusieurs    d’entre    nous.    Voici quelques souvenirs de la fête de Noël.

Je me raconte

Chronique JMR-Trois-Rivières

Nicole   Gélinas,   Luc   Béraud   et   Jean- Marie     Lamothe     de     JMR     /Trois- Rivières   signent   une   chronique      dans la    revue    Héritage    de    la    Société    de Généalogie   du   grand   Trois-Rivières .
Avant   même   d’ouvrir   les   yeux   ce   matin,      je   sais   que   la   température   se situe   au   niveau   sibérien.   La   nuit   dernière,   j’avais   entendu,   par   intervalle,   bien   au   chaud   sous   la couette,   les   clous   qui   claquaient   dans   les   murs   à   cause   du   grand   froid.      Je   risque   un   œil   dans   la chambre.   Nelligan   est   passé.   Sans   me   réveiller,   il   a   écrit   sur   les   carreaux   :   «Ma   vitre   est   un   jardin   de givre. Ah!   Comme   la   neige   a   neigé!»   Le   soleil   qui   pointe   doucement   derrière   la   montagne   joue   avec ces   arabesques.   Je   m’amuse   à   les   observer,   elles   prennent   forme,   se   moulant   à   toutes   les   nuances du   petit   matin.   Ce   moment   de   poésie   est   vite   remplacé   par   ce   froid   bien   réel.   Le   feu   dans   le   poêle est éteint. L’air que j’expire façonne des volutes de buées et l’eau dans le sceau est sûrement gelée. Je   me   décide   à   poser   les   pieds   dans   mes   pantoufles   et   déjà,   je   regrette   de   ne   pas   les   avoir   cachées sous   l'édredon   pendant   la   nuit.   J’ai   une   tendre   pensées   pour   mon   père   que   j’apercevais,   debout   le premier, les matins de froid intense. Au chaud, emmitouflée sous mes couvertures, le nez dans mes

Matin d’hiver

lainages,   à   peine   sortie   de   mes   rêves,   je   l’observais   faire   ces   gestes   patients,   ce   rituel   venu   des   âges.   Il   devenait   le   chevalier   affrontant   le dragon,   le   forçant   à   chercher   refuge   dans   son   antre   de   fonte.   Dominé,   le   bois   s’allumait   d’une   papillote   froissée   dans   une   feuille   d’un   vieux journal.   Victorieux   de   ce   démon,   mon   père   se   frottait   les   mains.   Souvenirs   de   levers   de   jour   heureux,   fillette,   je   me   réchauffais. Les   yeux remplis de lumières, j’entends encore crépiter la magie qu’il allumait dans mon cœur les matins d’hiver. Près   de   moi,   mon   chat   que   j’ai   découvert   par   mégarde,   me   dévisage,   horrifié   et   plonge   plus   profondément   sous   la   couette   pour   terminer   sa nuit.   Je   m’enveloppe   dans   ma   robe   de   chambre   et   regarde   dehors.   Malgré   le   froid   sibérien,   mon   voisin,   monsieur   Louis,   en   raquettes,   est déjà   en   route   sur   le   lac.   Il   y   a   quelques   jours,   il   a   balisé   son   sentier   avec   des   petites   branches   de   sapin   qui   se   tiennent   bien   droites,   en courageuses   sentinelles.   Sur   l’autre   rive,   j’aperçois   la   cheminée   de   son   chalet   qui   crache   une   boucane   frileuse.   Elle   ne   s’élève   pas   haut dans   les   airs.   Elle   n’ose   pas   prendre   de   l'altitude   ni   s’aventurer   vers   le   froid   plus   intense.   Monsieur   Louis   a   dû   remarquer   que   ma   cheminée ne   fumait   pas.   D’une   bonne   allure,   il   vient   vers   ma   maison.   J’ouvre   la   porte   et   lui   fais   un   grand   geste   de   la   main   pour   le   rassurer.   J’entends   la glace   qui   craque   sous   ses   pas,   elle   proteste   contre   la   froidure   mais   ne   cassera   pas.   Je   le   laisserai   allumer   le   poêle   et   je   ferai   le   café.   Hier, j’avais   préparé   un   pain   aux   noix.   Je   sais   qu’il   sera   heureux   de   partager   mon   repas   en   écoutant   la   lecture   de   ces   pages   sur   mon   enfance   que j’ai écrites au coin du feu, en regardant danser les aurores boréales au-dessus de mon refuge.
Lire  les récits  ici
Lire  les récits  ici
 Nicole Gélinas Animatrice «Je Me Raconte» JMR/Trois-Rivières
(27 janvier 2018)
http://dgggzb.xara.hosting/Xara-jmr/index.html http://dgggzb.xara.hosting/Xara-jmr/page blanche.html