© Dolor lorem esse ad irure amet 2012

La page blanche

Penchée    sur    ma    table,    une    feuille    blanche    repose devant     moi,     accueillante     de     tous     les     possibles. L’écriture,   une   passion,   une   réflexion,   où   je   me   laisse submerger   par   le   flot   de   sentiments   qui   m’habite.   Cette page     blanche     hante     certains     écrivains     mais     pas seulement     eux,     aussi     d’autres     artistes     dans     un processus de création. Joël    Dicker    dans    «La    Vérité    sur    l’Affaire    Harry Quebert»    :   Le   don   de   l'écriture   est   un   don   non   pas parce   que   vous   écrivez   correctement,   mais   parce   que vous pouvez donner du sens à votre vie. (...) Maya   Angelou,   poétesse   et   écrivaine   :   «Quand   je   suis   dans   une   période d'écriture,    j'écris    quoi    qu'il    arrive.    Et    à    la    fin,    c'est    comme    si    une    muse quelconque   était   convaincue   de   mon   sérieux,   et   disait   "D'accord,   d'accord.   Je viens."» Pour   Ray   Bradbury,   le   blocage   est   un   signe.   «C'est   que   vous   êtes   alors   dans l'idéologie,   la   bonne   conscience   sociale.   Vous   écrivez   des   choses   qui   vont   faire du   bien   au   reste   du   monde.   Mais   au   diable   le   reste   du   monde!   Je   n'écris   pas pour   faire   du   bien   au   reste   du   monde.   Si   par   hasard   ça   lui   en   fait,   chouette.   Mais ce n'est pas mon but. Mon but, c'est de m'éclater un maximum.» Patrick   du   Boisbaudry,   biographe   :   La   page   blanche   peut   donner   le   vertige,   il faut   se   lancer   dans   le   vide,      bien   souvent   sans   garde-fous.   La   page   blanche, c’est   aussi   l’expérience   d’une   certaine   solitude.   On   est   seul   avec   soi-même. Face   à   un   miroir,   page   ou   écran,   qui   nous   renvoie   notre   propre   image.   Des   mots que    vous    écrirez    naîtront    peut-être    d’autres    mots,    d’une    phrase    d’autres phrases,   d’une   idée   d’autres   idées.      Ainsi,   vous   tisserez   votre   toile.   Votre   page blanche prendra des couleurs, elle se mettra à vivre ! Cette   réflexion   m’amène   plus   loin…   me   fait   dériver   dans   ma   tête,   dans   mes tripes   sur   la   vie   elle-même,   sur   nos   choix.   Quel   sens   donner   à   ce   passage   sur terre?   Parfois   dans   nos   vies,   nous   rencontrons   ce   miracle   d’une   «croisée   de chemin»   ou   d’un   «carrefour».   À   quel   détour   de   notre   route,   doit-on   donner   de l’importance?   Y   a-t-il   un   banc,   sur   lequel   je   peux   me   reposer,   reprendre   mon souffle, faire le point, refaire le plein d’énergie, prendre du recul sur sa vie? Chacun   découvre   sa   recette.   Je   m’arrête,   je   prends   conscience   de   mon   ressenti selon   mon   vécu,   je   mets   des   mots   sur   mes   émotions.   Et   surtout,   en   ce   qui   me concerne,   ce   n’est   pas   dérangeant,   je   ne   ressens   pas   le   besoin   de   bouger   pour bouger.   J’ai   développé   un   rituel   qui   me   convient.   J’écris,   j’écris   et   j’écris.   J’aime cette   idée   de   Maya Angelou   :   «Il   se   peut   que   j'écrive,   deux   semaines   de   suite   "le chat   s'est   assis   sur   le   tapis,   c'est   comme   ça,   c'est   pas   un   rat".   Et   il   se   pourrait bien   qu'il   s'agisse   des   mots   les   plus   ennuyeux   et   les   plus   laids   qui   soient.   Mais j'essaie». Je   n’ai   pas   conservé   tout   ce   que   j’ai   écrit   depuis   mes   dix   ans   et   je   le   regrette. J’aurais   aimé   me   relire,   voir   qui   j’étais,   tenté   de   me   reconnaître.   Cependant   j’ai commencé   à   le   faire   depuis   environ   vingt   ans.   Je   vois   ainsi   quel   a   été   mon chemin   d’évolution   parcouru,   j’aime   me   reconnaître   à   travers   certains   textes   et poèmes.   Un   jour,   il   m’est   venu   le   goût   de   laisser   à   mes   fils,   une   trace   de   cette femme   qui   n’a   pas   été   uniquement   leur   mère.   Je   me   suis   inscrite   à   des   ateliers d’écriture    avec    le    groupe    «Je    me    raconte»    dans    le    but    de    produire    mon autobiographie.   J’en   suis   à   ma   septième   année   d’écriture   sur   le   sujet,   je   prends mon   temps,   c’est   mon   choix.   Certains   participants,   à   ces   mêmes   ateliers,   ont   fait éditer   leur   histoire   personnelle   après   ces   vingt-deux   semaines   d’écriture.   Quelle belle réussite et fierté! J’aimerais   maintenant,   comme   on   dit,   «donner   au   suivant».   J’ai   fait   la   formation pour   devenir   à   mon   tour   animatrice   pour   le   groupe   JMR   «Je   me   raconte».   J’ai hâte   de   partager   mon   expérience   d’écriture   et   d’être   à   l’écoute   de   l’autre.   Loin d’être   source   d’angoisse,   la   page   blanche   c’est   le   rendez-vous   de   tous   les   rêves possibles    :    le    plus    sublime    des    poèmes,    le    frisson    d’un    polar,        le    roman historique,   la   nouvelle,   la   réflexion   intimiste   ou   le   récit   d’une   vie   et…   surtout   la trace que nous laisserons à ceux qui viendront après nous. Juillet 2016, Nicole Gélinas # 062446 (Areq) et # 2386 (SGGTR) Animatrice «Je Me Raconte»
Pour informations : gelinanic@gmail.com tél : (819) 841-2438 domicile tél : (819) 609-4012 cellulaire

Je me souviens de ce matin de

printemps…

par Nicole Gélinas Un   matin   de      printemps   de   mes   10   ans, j’attendais    l’autobus    devant    la    maison. Levée    tôt,    je    m'étais    préparée    pour    la classe,    j'étais    sortie    après    un    déjeuner rapide. Le    changement    de    la    saison    se    faisait sentir   et   une   douceur   apparente   s’installait depuis   le   lever   du   soleil   même   si   la   nuit était   demeurée   très   froide.   Je   ne   voulais pas    manquer    l’occasion    d’effectuer    des pas     sur     la     croûte     qui     s’était     formée pendant   la   noirceur   avant   d’aller   à   l’école. Elle   avait   durci   sur   plusieurs   centimètres et     je     présumais     qu’elle     pouvait     me porter.Je souhaitais aussi ..                 Lire la suite ici La sorcière
Je   me   souviens   de   la   chasse   aux   œufs dans   ce   jardin,   le   matin   de   Pâques.   Ma grand-mère   Marcelle   était   présente   et nous     cuisinait     le     traditionnel     carré d’agneau    pour    le    repas    de    Pâques avec    les    petits    flageolets,    ces    petits haricots    si    moelleux.    Je    recevais    un œuf de Pâques....

      Lire la suite ici

Nous       venions       de déména-ger     dans     la banlieue       Nord       de Paris   à   Goussainville, J’étais   petit,   je   devais avoir   cinq   ou   six   ans lorsque     nous     avons emménagé     à     Gous- sainville.
La sorcière par Luc Béraud

Nos réunions, un cadeau pour notre

famille

par Jean-Marie Lamothe

Avant la naissance de nos enfants et pendant plusieurs années après, lorsqu’ils  étaient adolescents, nous avons continué de nous réunir avec nos frères et sœurs et beaux-frères et belles-sœurs respectifs pour souligner les grandes fêtes traditionnelles comme au temps de notre jeunesse. Noël, le Premier de l’an, Pâques, la fête des Mères et celle des Pères faisaient partie des incontournables...

Lire la suite ici

Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien

Chronique JMR-Alma

Par Pierrette Guay Depuis   le   début   du   programme   Je   me   raconte,   une   trentaine   de   participants   ont publié   leurs   souvenirs   et   ont   laissé   une   trace   de   leur   vie   à   leurs   proches.   Leurs publications   sont   remplies   d’anecdotes   qui,   bien   qu’elles   leur   soient   personnelles, rejoignent   les   souvenirs   de   plusieurs   d’entre   nous.   Voici   quelques   souvenirs   de   la fête de Noël.
Normande Bouchard raconte Noël à Saint-Cœur-de-Marie «   Le   soir   de   la   messe   de   minuit,   je   suis   bien énervée.    Ma    mère    nous    couche    à    sept heures   et   nous   réveille   à   onze   heures   afin de   nous   préparer   pour   la   messe,   mais   ma nervosité   m’empêche   de   dormir.   Entassée avec   mes   frères   et   sœurs   dans   la   carriole, nous   partons   avec   notre   père   qui   commande   le   cheval   fringant. Ma   mère   doit   rester   à   la   maison   afin   de   garder   les   plus   jeunes, décorer l’arbre de Noël et préparer le réveillon. «   Je   suis   bien   habillée   dans   un   manteau   de   laine.   Pour   couper le   vent,   comme   nous   n’avons   pas   de   nylon,   papa   me   cache dans   de   grandes   peaux   de   buffalo,   qu’on   appelait   peaux   de carriole.   À   mes   pieds,   il   place   des   sacs   de   blé   préalablement chauffés    dans    le    fourneau    du    poêle.    Ça    ressemble    au    sac chauffant    d’aujourd’hui    qu’on    met    dans    le    micro-onde;    nous sommes des patenteux. «   En   arrivant   au   village,   papa   dételle   le   cheval   et   le   met   dans une   étable   du   village.   La   plupart   du   temps,   c’est   chez   Justinien Tremblay,   un   ami   de   la   famille.   J’entre   dans   l’église   en   tenant   la main   de   mon   père   et   je   m’assois   contre   lui,   dans   un   banc   qui nous    est    réservé.    À    minuit,    la    messe    commence.    Le    Minuit Chrétien   est   interprété   par   Edmour   Savard,   un   ami   de   mon père.   Plus   tard,   il   sera   remplacé   par   George-Émile   Ruelland   et par   le   bedeau   Émile   Tremblay,   un   petit   homme   à   la   voix   très forte.    Celui-ci    a    chanté    longtemps.    Après    son    décès,    nous n’avons jamais eu d’aussi beaux Minuit Chrétien. «   Pendant   que   nous   écoutions   les   trois   messes,   ma   mère   finit de   décorer   le   sapin   que   papa   a   coupé   en   cachette   la   veille   pour nous   faire   une   surprise.   Elle   accroche   tous   les   cadeaux   dans l’arbre     ainsi     que     quelques     fleurs     en     papier     crêpé.     (Le lendemain,   mon   père   sortira   le   sapin   dehors   afin   de   le   couper en bois de poêle.) «   Après    avoir    levé    les    plus    jeunes,    nous    réveillonnons.   Au menu,    il    y    a    de    la    soupe,    des    petits    pâtés    de    viande,    des beignes,    des    gâteaux.    En    plus,    nous    pouvons    manger    du bonbon   (nous   en   mangeons   seulement   pendant   la   période   des Fêtes   ou   dans   les   baptêmes).   Nous   trouvons   ça   très   bon,   c’est pas   possible.   Il   y   a   les   peppermints,   les   bonbons   clairs   et   les bonbons   français   de   toutes   les   couleurs.   Ça   goûtait   le   citron,   la vanille   ou   l’orange.   Le   préféré   de   mon   père,   c’est   le   chocolat piton. «   Ensuite,   il   y   a   la   distribution   des   cadeaux   par   mes   parents,   car nous    ne    connaissons    pas    le    père    Noël.    Papa    en    fabrique beaucoup    :    des    casse-culs,    des    traîneaux,    des    sleighs,    des skis.   Le   cadeau   dont   je   me   rappelle   et   qui   m’a   fait   le   plus   plaisir, c’est   ma   poupée   avec   des   pattes   d’oie.   C’est   une   Hawaïenne qui   danse   grâce   à   un   ressort   dans   le   dos.   Quand   je   la   vois   dans l’arbre   et   que   ma   mère   me   dit   que   c’est   à   moi,   je   crois   que   mon cœur   s’arrête   de   battre.   Je   m’en   souviens   comme   si   c’était   hier. Le    soir    de    Noël,    on    se    couche    tard    et    on    se    lève    tôt    le lendemain, car on a hâte de jouer avec nos étrennes. » BOUCHARD, Normande. Au fil de ma vie, Alma, 2007, p. 58 à 61. Louise Savard évoque les rassemblements familiaux lors du réveillon «     Mes     souvenirs     entourant     nos     Noëls d’enfants     sont     des     souvenirs     heureux. Jamais   nous   n’ouvrions   nos   cadeaux   avant la    messe    de    minuit,    comme    le    voulait    la tradition.   Mes   oncles   et   tantes   arrivaient   à   la maison     pour     un     réveillon     très     copieux. Maman   avait   cuisiné   pendant   des   semaines pour   le   préparer.   Bien   sûr,   il   y   avait   la   dinde, les   patates   en   purée,   les   pâtés   à   la   viande,   les   fameux   beignes, les   gâteaux   et,   pour   finir,   la   bûche   de   Noël.   Pendant   que   mes oncles    et    tantes    fêtaient    et    jouaient    aux    cartes,    nous    nous amusions   avec   nos   nouveaux   jouets.   Lorsqu’aux   petites   heures du   matin   arrivait   le   moment   du   départ,   nos   oncles   traversaient chez   grand-papa,   boudés   par   nos   tantes   qui   trouvaient   toujours qu’ils   avaient   trop   bu.   Mais   eux   répondaient   que   c’était   Noël   une fois   par   année!   Le   rassemblement   de   la   famille   Fleury   avait toujours   lieu   chez   mes   parents.   On   y   venait   de   Chibougamau   et de    l’Abitibi.    Mes    parents    aimaient    recevoir    et    ils    nous    ont transmis   l’importance   de   se   rassembler   pour   célébrer   la   fête   de Noël. » SAVARD, Louise. L’écriture, ma confidente, Alma, 2013,    p. 46. Françoise Simard signe un poème de Noël Noël de tous les cœurs! Noël des infortunés Noël des endeuillés Noël rêves d’enfant Noël des grands-parents Noël de réconciliation Noël de pardon Fête scintillante Fête éclatante Qui illumine nos nuits. Fête de splendeur Fête de couleurs Qui dans toute sa grandeur Sait ranimer les ardeurs. Souvenons-nous toujours Que dans tous les cœurs Brille une petite lueur Qui nous appartient C’est à jamais notre bien! SIMARD, Françoise. Mon Éden à moi, Alma, 2014, p. 33.
Alain Ross se rappelle de son grand-père Morissette au magasin général le 24 décembre «   Avant   la   fête,   il   y   avait   toute   cette   préparation   qui   attise les   passions   et   ce   désir   de   faire   avancer   le   temps   pour célébrer   au   plus   vite.   Lorsque   j’étais   chez   mes   grands- parents,   quelques   jours   avant   l’événement,   mes   oncles   et mes   tantes   me   faisaient   languir   quant   au   nombre   de   jours qu’il   restait   véritablement   avant   de   festoyer.   Le   jour   venu, on    pouvait    sentir    dans    toute    la    maison    l’effervescence suscitée   par   la   fête.   Ma   grand-mère   et   mes   tantes   s’affairaient   afin   que tout soit prêt pour le réveillon dans la nuit du 25. «   Quant   à   mon   grand-père,   il   tenait   le   phare   dans   son   magasin,   car   les clients   affluaient   pour   y   faire   des   achats   de   dernière   minute.   Les   friandises qui   se   retrouvaient   dans   le   bas   de   Noël   des   enfants   de   Saint-Gédéon Station   venaient   du   magasin   général   et   elles   prenaient   la   forme   de   boules noires,    de    macarons    au    chocolat,    de    lunes    de    miel,    de    réglisses, d’arachides   en   écales   ainsi   que   de   peppermints.   Il   y   avait   aussi   la   liqueur   à l’orange,   format   Jumbo,   qui   faisait   partie   de   l’épicerie.   À   20   heures,   mon grand-père   fermait   son   magasin   et   il   pouvait   lui   aussi   se   préparer   pour   la grande fête. » ROSS, Alain. La vie est bonne, Alma, 2016, p. 79-80. Marthe   Sasseville   se   souvient   de   l’ambiance   particulière   à   l’église   de Chambord «    C’est    ainsi    que    je    m’endors,    un    peu    excitée    de penser   que,   demain,   il   y   aura   plein   de   visite.   Quelques heures    plus    tard,    mon    réveil    est    provoqué    par    des sons     de     grelots     et     de     chevaux     qui     hennissent. Frileusement,   je   m’habille   et   ma   mère   termine   en   me cachant le visage avec mon foulard. «   Rendue   à   l’église,   je   me   faufile   difficilement   dans   le   portique,   à   travers tous   ces   adultes   qui   s’engouffrent   en   frissonnant,   près   des   calorifères, pour   se   réchauffer   avant   de   gagner   leur   banc.   Je   me   sens   toute   petite dans   cette   église   remplie   à   craquer,   et   ce   que   je   ressens   sort   de   l’ordinaire :   j’admire   les   lustres   qui   brillent,   les   chapeaux   à   plumes,   et   parfois   en m’étirant   je   réussis   à   voir   les   sapins   de   la   crèche.   À   minuit,   le   sacristain vient   y   déposer   le   petit   Jésus,   pendant   que   le   meilleur   choriste   de   la paroisse   entonne   de   sa   puissante   voix   le   Minuit   Chrétien.   J’entendrai   trois messes   :   la   grand-messe,   avec   son   sermon   (souvent   je   dors)   et   celle-ci   est toujours    trop    longue;    les    deux    basses    messes    qui    suivent    sont    mes favorites, car on y entend uniquement des chants de Noël. «   Le   nombre   imposant   de   fidèles   oblige   à   ajouter   des   chaises   de   chaque côté   de   l’église;   certaines   années,   papa   me   fait   prendre   place   sur   la   chaise voisine   de   notre   banc.   Collée   au   calorifère,   je   lutte   désespérément   contre le   sommeil,   et   la   chaleur   combat   trop   bien   les   frissons   qu’occasionnent   les heures tardives. «   La   chorale   de   M.   Fernand   Beaudoin   est   mon   centre   d’intérêt   privilégié. Les    anges    dans    nos    campagnes    a    résonné    en    réponse    à    notre    chef passionné   et,   maintenant,   c’est   Jean-Marc   Lalancette   qui   entonne,   d’une voix   assurée,   le   Minuit   Chrétien.   Le   sourire   du   directeur   nous   assure   de   la qualité   de   ce   Peuple   à   genoux,   qui   fait   tressaillir   la   foule   qui   se   détourne   à l’attaque   de   ces   mots.      Au   retour   de   la   messe,   on   entend   beaucoup   de Joyeux Noël! qui courent dans l’air. » SASSEVILLE,   Marthe.   Entre   deux   trains,   Alma,   2013,   p.   118   à 120.   Jeanne d’Arc Tremblay suivait le trajet du père Noël «    À    Noël    chez    nous,    le    temps    des    réjouissances commençait   avec   les   enfants.   J’oserais   même   dire que   le   père   Noël   était   en   avance   sur   la   venue   du petit   Jésus.   Il   y   avait   de   l’excitation   dans   l’air   dès l’arrivée   de   la   première   neige,   car   le   journal   L’Action Catholique       avec       son       roman-feuilleton       nous annonçait   que   le   bon   vieux   père   Noël,   au   Pôle   Nord, préparait   déjà   ses   rennes   pour   le   grand   voyage   et   que   ses   lutins   étaient déjà   au   travail   pour   la   fabrication   des   jouets   qui   seraient   distribués   aux enfants sages. «   Chaque   jour,   nous   nous   retrouvions suspendus   aux   lèvres   de   memère   qui nous   faisait   la   lecture   du   trajet   du   père Noël.    Apprenant    qu’il    avait    perdu    sa route   dans   la   tempête,   je   me   couchais très   inquiète.   Ce   soir-là,   la   prière   était fervente,    car    je    ne    voulais    pas    qu’il perde   mes   jouets   dans   la   neige.   Nous   l’entendions   aussi   parler   à   la   radio, nommant   les   noms   de   ceux   qui   étaient   sages.   Même   si   je   n’ai   jamais entendu   le   mien,   j’étais   certaine   qu’il   ne   m’oublierait   pas.   Mes   parents avaient   économisé   des   sous   pour   que   nous   puissions   trouver   dans   nos bas   de   laine   rouge,   suspendus   au   pied   du   lit,   une   pomme   et   un   petit   sac de bonbons clairs. «   À   peine   réveillés,   après   la   découverte   de   cette   première   surprise,   nous nous   retrouvions   tous   au   haut   de   l’escalier   attendant   le   signal   pour   aller voir   le   sapin   que   papa   avait   été   couper   dans   le   bois   la   veille.   Sous   sa   belle décoration   se   cachaient   nos   bébelles,   pas   toujours   celles   dont   nous   avions rêvées.   C’est   sous   le   regard   émerveillé   de   nos   parents   que   nous   passions l’avant-midi   à   nous   amuser   et   à   nous   échanger   des   bonbons,   choses   si précieuses que je prenais du temps avant de me décider à les manger. » TREMBLAY,   Jeanne   d’Arc.   Croisière   autour   de   mon   île, Alma, 2008, p.30-31.

Chronique JMR-Trois-Rivières

Nicole    Gélinas,    Luc    Béraud    et    Jean-Marie    Lamothe    de    JMR /Trois-Rivières   signent   une   chronique      dans   la   revue   Héritage   de   la Société de Généalogie du grand Trois-Rivières .
Cliquer ici pour arrêter la musique