Chroniques JMR-Alma

Par Pierrette Guay Depuis   le   début   du   programme   Je   me   raconte ,    une trentaine   de   participants   ont   publié   leurs   souvenirs   et ont   laissé   une   trace   de   leur   vie   à   leurs   proches.   Leurs publications     sont     remplies     d’anecdotes     qui,     bien qu’elles     leur     soient     personnelles,     rejoignent     les souvenirs    de    plusieurs    d’entre    nous.    Voici    quelques souvenirs de la fête de Noël.

Chroniques JMR-Trois-Rivières

Nicole   Gélinas,   Luc   Béraud   et   Jean- Marie     Lamothe     de     JMR     /Trois- Rivières   signent   une   chronique      dans la    revue    Héritage    de    la    Société    de Généalogie   du   grand   Trois-Rivières .
Lire  les récits  ici
Lire  les récits  ici
© Dolor lorem esse ad irure amet 2012
Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien
À mon époque, nous devions surtout nous priver de sucreries et de desserts pendant les 40 jours de pénitence du carême ainsi que faire,    "maigre- jeûne"1 le Vendredi saint 2. Lorsque   nous   demeurions   au   village,   nous   suivions   davantage   ces   coutumes,   mais   après   être   allés demeurer   sur   la   ferme   dans   le   grand   rang   nord,   nous   le   faisons   de   moins   en   moins.   Nous   prenions   de l’âge, la famille s’agrandissait et nos parents étaient de plus en plus occupés, voire débordés. Parfois   notre   père   nous   reprochait   de   ne   pas   assez   (suffisamment)   faire   carême   :   "Vous   êtes   rendu que   vous   mangez   du   chocolat   tous   les   dimanches,   même   durant   le   carême".   Nous   lui   répondions   : "Mais   papa   c’est   toi   qui   nous   en   achète   en   revenant   de   la   messe".   Il   avouait   piteusement   :   "Ben   oui… je   l’sais…   j’y   pense   pas".   C’est   qu’il   avait   pris   l’habitude   des   gâteries   du   dimanche   dès   son   plus   jeune âge, ce qui était rare à son époque, mais comme il était le petit 17e…
Le   Vendredi   saint,   nous   mangions   surtout   des   omelettes   et   des   "binnes"   (beans   :   fèves)   au   "lard"…   Était-ce   vraiment   ça   faire   "maigre- jeûne"?   Comme   nos   parents   présentaient         le         menu         comme         étant         une         pénitence,   certains   rechignaient   d’avance.   Ils   nous répondaient que dans leur temps c’était "ben plusse pire"3, ils ne mangeaient que du pain sec  4 et de l’eau. 1-   Maigre   et   jeûne   :   Jeûner   de   viande,   surtout   grasse   comme   le   porc.   Le   poisson   et   les   œufs   étaient   accepté,   mais   le   jeûne   le   plus strict était préférable, soit un peu de pain sec et de l’eau. 2-Jour de crucifixion de Jésus 3-   Nous   les   enfants   utilisions   cette   expression,   mais   ma   mère   nous   reprenait   constamment   en   nous   expliquant   qu’on   ne   peut ajouter "plus" à pire. Mais nous tenions à ajouter un degré au mot pire. 4 -Souvent pesé, je crois que c’était 4 onces.   Dans   ma   tête   d’enfant,   je   trouvais   ça   bien   stupide   de   prendre   le   temps   de   faire   sécher   du   pain   avant   de   le   manger.   C’était   déjà   un   menu pas   facile   à   avaler,   avait-on   vraiment   besoin   d’en   rajouter    5. ..   Plus   tard,   nos   parents   nous   avouèrent   qu’eux   avaient   été   assez   gâtés   pour ne pas manger de ce pain-là. Tandis que pour bien d’autres gens par contre…. Nous   les   enfants   aimions   beaucoup   manger   du   pain,   mais   certains   d’entre-   nous   n’aimaient   pas   les   croûtes,   ce   qui   finit   par   frustrer   les autres.   La   coutume   s’est   donc   vite   répandue. Ainsi   nous   ne   mangions   ni   la   première   ni   la   dernière   tranche      du      morceau   6         de      pain.      Nous avions   toujours   eu   du   pain   tranché   "acheté "7   puisque   mon   père   avait   longtemps   travaillé   à   la   boulangerie   de   son   frère   Léon   et   ensuite   de son   frère   Henri,   avant   d’avoir   sa   ferme.   Et   afin   de   ne   pas   nous   faire   prendre,   nous   cachions   ces   croûtes   minutieusement   sous   une   bonne dizaine d’autres pains, dans l’armoire à pain. Puis   un   Vendredi   saint,   notre   mère   décida   de   suivre   la   règle   à   la   lettre.   Elle   sortit   toutes   les   croûtes   sèches   accumulées   au   fond   de l’armoire   et   déclara   :   "Aujourd’hui   pour   faire   maigre-jeûne,   vous   allez   manger   du   pain   sec".   Voilà   que   je   pensais   enfin   découvrir   les   vraies raisons   de   cette   coutume   étrange,   nous   n’étions   donc   pas   les   premiers   à   avoir   usé   de   ce   stratagème.   Nous   étions   tous   horrifiés   à   l’idée   du repas qui nous attendait, car nous avions encore moins envie de manger ces tranches-croûtes plusieurs jours plus tard… 5-   À   moins   que   l’astuce   soit   que   le   pain   sec   pèse   moins   que   le   frais,   donc   on   obtient   une   portion   plus   généreuse…   enfin   si   on peut dire. 6- Morceau = un pain entier 7 -Appelé aussi « pain du boulanger », on achetait environ une dizaine de pains, 2 fois par semaine.   Ma   mère   s’exécuta.   Elle   les   aligna   toutes   sous   le   grill   du   four   et   nous   les   servis   dorées   avec   une   bonne   couche   de   beurre   fondant,   et   une tasse de cocoa  8 chaud. C’était franchement… délicieux! Mais était-ce vraiment ça, faire "maigre-jeûne"? Puis   notre   mère   nous   expliqua   que   lorsque   quelques   uns   de   nous   avaient   commencé   à   ne   plus   manger   les   croûtes,   elle   et   mon   père   les mangeaient.   Mais   quand   nous   nous   sommes   presque   tous   mis   à   faire   de   même,   ils   ne   suffirent   plus   à   la   tâche.   C’est   donc   après   avoir découvert   notre   fameuse   cachette,   qu’elle   décida   d’agir.   Elle   nous   dit   que   c’était   péché   de   gaspiller   du   manger   alors   que   tant   de   gens   en manquaient.   Je   crois   que   c’est   l’une   des   rares   fois   qu’elle   nous   fit   un   repas   du   Vendredi   saint,   puisqu’elle   l’oubliait   toujours.   Notre   mère était lunatique 9. Notre   père   lui   en   faisait   d’ailleurs   durement   le   reproche   :   "J’peux   pas   croire   que   tu   puisses   oublier   une   affaire   grave   de   même,   tu   vas   finir par   en   faire   des   païens 10 !"   Et   notre   mère   de   lui   répondre   :   "Puisque   tu   es   si   fin,   toé,   tu   le   feras   le   repas   du   Vendredi   saint!".   Donc   l’année suivante,   lorsque   approcha   la   semaine   sainte,   notre   père   nous   avertit   :   "Vous   allez   voir   que   cette   année,   vous   allez   faire   maigre   jeûne,   moé j’vas y voir!". 8-   Cacao   mais   nous   disions   cocoa   (terme   anglais)   :   chocolat   en   poudre   qui   se   dissous   dans   l’eau   ou/et   lait   chaud,   contrairement au Quik (arrivé plus tard) chocolat en poudre, sucré et se dissout dans le lait froid. 9-   Lunatique   dans   le   sens   d’être   dans   la   lune;   distrait,   perdu   dans   ses   pensées;   mais   aussi   le   vrai   sens   de   lunatique   :   adjectif   : dont l’humeur change souvent; et synonymes : capricieux (imprévisible), changeant, fantasque (fantaisies bizarres), versatile. 10-   Terme   ayant   à   l'origine   une   connotation   péjorative   ("pagus"   village,   "paganus"   paysan,   pratiquant   des   religions   polythéistes (plusieurs dieux) de l'Antiquité) utilisé par l'église chrétienne pour décrédibiliser les anciennes croyances.   Il   faut   dire   que   notre   mère   perdait   souvent   la   notion   du   temps,   trop   concentrée   sur   une   tâche.   Elle   était   toujours   étonnée   de   nous   voir arriver   pour   dîner:   "Comment   vous   êtes   pas   déjà   arrivés,   vous   venez   juste   de   partir?"   Disions   que   nous   étions   vite   les   seconds   étonnés... Notre   père   s’est   donc   de   plus   en   plus   occupé   du   repas   du   midi,   interrompant   même   ses   travaux   de   ferme   pour   se   mettre   aux   chaudrons. Ce qui fâchait bien notre mère lorsqu’elle le voyait arriver: "Si t’étais pas venu, j’y aurais pensé tu (toute) seule!" Puis   vint   le   jour   " J"    ou   plutôt   le   jour   " Vs"    (Vendredi   saint).   Nous   sommes arrivés   de   l’école   en   trombe,   à   celui   qui   gagnera   la   course   pour   entrer   le premier. Comme nous avions  très  peu  de  temps  pour  dîner  puisque  nous voyagions   en   autobus,   nous      nous      sommes   immédiatement   mis   à   manger. Tout   à   coup,   étonnée,   j’ai   demandé   à   mon   père:   "Asteure 11    le   Vendredi   saint on a le droit de manger du rôti de porc avec des patates jaunes?". Il  s’écria :  "CALVERRE 12!   j’ai  complètement  oublié…" Vitement (et il était très vite) il nous arracha nos assiettes! Puis se ravisa : "Bof… continuez, c’est pas de votre faute, c’est de la mienne". Notre mère rigolait. Outré, il lui lança: "Tu me voyais fére (faire) pis t’as rien dit?" Elle se justifia : "Ben j’y ai pas pensé moé non plus!". Notre père et notre mère étaient lunatiques.                Mais   la   question   demeurait   entière,   était-   ce   vraiment   ça,   faire   "maigre-jeûne"?   Car   tous   les   mets   servis   étaient   loin   de   représenter   une pénitence   pour   nous.   Au   contraire,   nous   les   trouvions   très   bons   et   regrettions      de      n’en      manger      que      trop   rarement   :            tartos 13 ,   crêpes, binnes, omelettes, patates fricassées, etc. 1 1- Parce que les coutumes religieuses avaient commencé à connaître beauc Asteure : à cette heure, maintenant) 12- Juron de "Calvaire": Lieu où Jésus de Nazareth fut crucifié selon les évangiles, une croix en monument 13 -Crêpes ou galettes faites de farine de sarrasin, aussi appelées ployes à d’autres endroits Je   voyais   mal   qu’est   ce   qu’il   pouvait   y   avoir   de   maigre   et   de   jeûne   là-dedans,   puisqu’ils   étaient   généreusement   agrémentés   de   lard,   de beurre,   de   mélasse,   de   cassonade,   et   parfois   même   de   sirop   d’érable 14.    Et   en   plus,   nous   pouvions   en   manger   à   satiété.   C’est   qu’il   fallait bien compenser pour le grand sacrifice… Plus  tard,  nous  ne  faisions  plus  beaucoup  de  cas  de  cette coutume religieuse. Comme nous n’étions pas très portés sur la viande, la venue des pâtes Catelli nous apporta deux  de nos mets préférés, du macaroni et du spaghetti, au jus de tomates. Pouvait-il   y   avoir   plus   maigre-jeûne que ça? Quoique nous aimions ça avec beaucoup de beurre… Puis nous ne pensions pas souvent à faire adonner ces mets au jour du Vendredi saint.  Nous étions  lunatiques 15 .  Le contraire eût été surprenant." Bon sang ne saurait mentir" !      14-   Il   n’y   avait   pas   d’érables   à   sucre   dans   notre   région,   sans   doute   à   cause   du   climat,   ce   qui   en   faisait   un   aliment   plus   rare   et plus cher. 15-C’est    le    qualificatif    que    maman    nous    rapportait    lorsqu’elle    revenait    de    signer    nos    bulletins.    "Toutes    vos    maîtresses (institutrices, professeurs) m’ont dit : "Il ou elle est dans la lune"!"  
Carole Gagnon, 2011                          Animatrrice, Dolbeau-Mistassini
Le carême
http://dgggzb.xara.hosting/Xara-jmr/index.html http://dgggzb.xara.hosting/Xara-jmr/page blanche.html