© Dolor lorem esse ad irure amet 2012

La page blanche

Penchée   sur   ma   table,   une   feuille   blanche   repose   devant   moi,   accueillante   de tous    les    possibles.    L’écriture,    une    passion,    une    réflexion,    où    je    me    laisse submerger   par   le   flot   de   sentiments   qui   m’habite.   Cette   page   blanche   hante certains    écrivains    mais    pas    seulement    eux,    aussi    d’autres    artistes    dans    un processus de création. Joël    Dicker    dans    «La    Vérité    sur    l’Affaire    Harry    Quebert»     :    Le    don    de l'écriture   est   un   don   non   pas   parce   que   vous   écrivez   correctement,   mais   parce que vous pouvez donner du sens à votre vie. (...) Maya   Angelou,   poétesse   et   écrivaine   :   «Quand   je   suis   dans   une   période d'écriture,    j'écris    quoi    qu'il    arrive.    Et    à    la    fin,    c'est    comme    si    une    muse quelconque   était   convaincue   de   mon   sérieux,   et   disait   "D'accord,   d'accord.   Je viens."» Pour   Ray   Bradbury,   le   blocage   est   un   signe.   «C'est   que   vous   êtes   alors   dans l'idéologie,   la   bonne   conscience   sociale.   Vous   écrivez   des   choses   qui   vont   faire du   bien   au   reste   du   monde.   Mais   au   diable   le   reste   du   monde!   Je   n'écris   pas pour   faire   du   bien   au   reste   du   monde.   Si   par   hasard   ça   lui   en   fait,   chouette.   Mais ce n'est pas mon but. Mon but, c'est de m'éclater un maximum.» Patrick   du   Boisbaudry,   biographe   :   La   page   blanche   peut   donner   le   vertige,   il faut   se   lancer   dans   le   vide,      bien   souvent   sans   garde-fous.   La   page   blanche, c’est   aussi   l’expérience   d’une   certaine   solitude.   On   est   seul   avec   soi-même. Face   à   un   miroir,   page   ou   écran,   qui   nous   renvoie   notre   propre   image.   Des   mots que    vous    écrirez    naîtront    peut-être    d’autres    mots,    d’une    phrase    d’autres phrases,   d’une   idée   d’autres   idées.      Ainsi,   vous   tisserez   votre   toile.   Votre   page blanche   prendra   des   couleurs,   elle   se   mettra   à   vivre   !   Cette   réflexion   m’amène plus   loin…   me   fait   dériver   dans   ma   tête,   dans   mes   tripes   sur   la   vie   elle-même, sur   nos   choix.   Quel   sens   donner   à   ce   passage   sur   terre?   Parfois   dans   nos   vies, nous   rencontrons   ce   miracle   d’une   «croisée   de   chemin»   ou   d’un   «carrefour».   À quel   détour   de   notre   route,   doit-on   donner   de   l’importance?   Y   a-t-il   un   banc,   sur lequel   je   peux   me   reposer,   reprendre   mon   souffle,   faire   le   point,   refaire   le   plein d’énergie, prendre du recul sur sa vie?
Pour informations : gelinanic@gmail.com tél : (819) 841-2438 domicile tél : (819) 609-4012 cellulaire

Je me souviens de ce matin de

printemps…

par Nicole Gélinas Un    matin    de        printemps    de    mes    10    ans, j’attendais   l’autobus   devant   la   maison.   Levée tôt,   je   m'étais   préparée   pour   la   classe,   j'étais sortie après un déjeuner rapide. Le   changement   de   la   saison   se   faisait   sentir et   une   douceur   apparente   s’installait   depuis le    lever    du    soleil    même    si    la    nuit    était demeurée    très    froide.    Je    ne    voulais    pas manquer   l’occasion   d’effectuer   des   pas   sur   la croûte   qui   s’était   formée   pendant   la   noirceur avant    d’aller    à    l’école.    Elle    avait    durci    sur plusieurs   centimètres   et   je   présumais   qu’elle pouvait me porter.Je souhaitais aussi ..                 Lire la suite ici
Je   me   souviens   de   la   chasse   aux   œufs dans   ce   jardin,   le   matin   de   Pâques.   Ma grand-mère   Marcelle   était   présente   et nous     cuisinait     le     traditionnel     carré d’agneau    pour    le    repas    de    Pâques avec    les    petits    flageolets,    ces    petits haricots    si    moelleux.    Je    recevais    un œuf de Pâques....

      Lire la suite ici

Nous   venions   de   déména-ger   dans   la banlieue   Nord   de   Paris   à   Goussainville, J’étais   petit,   je   devais   avoir   cinq   ou   six ans   lorsque   nous   avons   emménagé   à Gous-sainville.

Nos réunions, un cadeau pour notre

famille

par Jean-Marie Lamothe

Avant la naissance de nos enfants et pendant plusieurs années après, lorsqu’ils  étaient adolescents, nous avons continué de nous réunir avec nos frères et sœurs et beaux-frères et belles-sœurs respectifs pour souligner les grandes fêtes traditionnelles comme au temps de notre jeunesse. Noël, le Premier de l’an, Pâques, la fête des Mères et celle des Pères faisaient partie des incontournables...

Lire la suite ici

Chronique JMR-Trois-Rivières

Nicole    Gélinas,    Luc    Béraud    et    Jean-Marie Lamothe   de   JMR   /Trois-Rivières   signent   une chronique        dans    la    revue    Héritage    de    la Société     de     Généalogie     du     grand     Trois- Rivières .
 
 
 Nicole Gélinas Animatrice «Je Me Raconte»
Avant   même   d’ouvrir   les   yeux   ce   matin,      je   sais que    la    température    se    situe    au    niveau    sibérien.    La    nuit    dernière,    j’avais entendu,   par   intervalle,   bien   au   chaud   sous   la   couette,   les   clous   qui   claquaient dans   les   murs   à   cause   du   grand   froid.      Je   risque   un   œil   dans   la   chambre. Nelligan   est   passé.   Sans   me   réveiller,   il   a   écrit   sur   les   carreaux   :   «Ma   vitre   est un    jardin    de    givre.    Ah!    Comme    la    neige    a    neigé!»    Le    soleil    qui    pointe doucement   derrière   la   montagne   joue   avec   ces   arabesques.   Je   m’amuse   à   les observer,   elles   prennent   forme,   se   moulant   à   toutes   les   nuances   du   petit matin.   Ce   moment   de   poésie   est   vite   remplacé   par   ce   froid   bien   réel.   Le   feu dans   le   poêle   est   éteint.   L’air   que   j’expire   façonne   des   volutes   de   buées   et l’eau dans le sceau est sûrement gelée. Je    me    décide    à    poser    les    pieds    dans    mes pantoufles   et   déjà,   je   regrette   de   ne   pas   les   avoir   cachées   sous   l'édredon pendant   la   nuit.   J’ai   une   tendre   pensées   pour   mon   père   que   j’apercevais, debout   le   premier,   les   matins   de   froid   intense.   Au   chaud,   emmitouflée   sous mes   couvertures,   le   nez   dans   mes   lainages,   à   peine   sortie   de   mes   rêves,   je l’observais   faire   ces   gestes   patients,   ce   rituel   venu   des   âges.   Il   devenait   le chevalier   affrontant   le   dragon,   le   forçant   à   chercher   refuge   dans   son   antre   de fonte.   Dominé,   le   bois   s’allumait   d’une   papillote   froissée   dans   une   feuille   d’un vieux    journal.    Victorieux    de    ce    démon,    mon    père    se    frottait    les    mains. Souvenirs    de    levers    de    jour    heureux,    fillette,    je    me    réchauffais.Les    yeux remplis   de   lumières,   j’entends   encore   crépiter   la   magie   qu’il   allumait   dans   mon cœur les matins d’hiver. Près   de   moi,   mon   chat   que   j’ai   découvert   par mégarde,   me   dévisage,   horrifié   et   plonge   plus   profondément   sous   la   couette pour   terminer   sa   nuit.   Je   m’enveloppe   dans   ma   robe   de   chambre   et   regarde dehors.   Malgré   le   froid   sibérien,   mon   voisin,   monsieur   Louis,   en   raquettes,   est déjà   en   route   sur   le   lac.   Il   y   a   quelques   jours,   il   a   balisé   son   sentier   avec   des petites    branches    de    sapin    qui    se    tiennent    bien    droites,    en    courageuses sentinelles.   Sur   l’autre   rive,   j’aperçois   la   cheminée   de   son   chalet   qui   crache une   boucane   frileuse.   Elle   ne   s’élève   pas   haut   dans   les   airs.   Elle   n’ose   pas prendre   de   l'altitude   ni   s’aventurer   vers   le   froid   plus   intense.   Monsieur   Louis   a dû   remarquer   que   ma   cheminée   ne   fumait   pas.   D’une   bonne   allure,   il   vient vers   ma   maison.   J’ouvre   la   porte   et   lui   fais   un   grand   geste   de   la   main   pour   le rassurer.   J’entends   la   glace   qui   craque   sous   ses   pas,   elle   proteste   contre   la froidure   mais   ne   cassera   pas.   Je   le   laisserai   allumer   le   poêle   et   je   ferai   le café.   Hier,   j’avais   préparé   un   pain   aux   noix.   Je   sais   qu’il   sera   heureux   de partager   mon   repas   en   écoutant   la   lecture   de   ces   pages   sur   mon   enfance que   j’ai   écrites   au   coin   du   feu,   en   regardant   danser   les   aurores   boréales   au- dessus de mon refuge.

Matin d’hiver

La sorcière par Luc Béraud
Chacun   découvre   sa   recette.   Je   m’arrête,   je   prends   conscience   de   mon   ressenti   selon   mon   vécu,   je   mets   des   mots   sur   mes émotions.   Et   surtout,   en   ce   qui   me   concerne,   ce   n’est   pas   dérangeant,   je   ne   ressens   pas   le   besoin   de   bouger   pour   bouger.   J’ai développé   un   rituel   qui   me   convient.   J’écris,   j’écris   et   j’écris.   J’aime   cette   idée   de   Maya   Angelou   :   «Il   se   peut   que   j'écrive,   deux semaines   de   suite   "le   chat   s'est   assis   sur   le   tapis,   c'est   comme   ça,   c'est   pas   un   rat".   Et   il   se   pourrait   bien   qu'il   s'agisse   des   mots   les plus ennuyeux et les plus laids qui soient. Mais j'essaie». Je   n’ai   pas   conservé   tout   ce   que   j’ai   écrit   depuis   mes   dix   ans   et   je   le   regrette.   J’aurais   aimé   me   relire,   voir   qui   j’étais,   tenté   de   me reconnaître.   Cependant   j’ai   commencé   à   le   faire   depuis   environ   vingt   ans.   Je   vois   ainsi   quel   a   été   mon   chemin   d’évolution parcouru,   j’aime   me   reconnaître   à   travers   certains   textes   et   poèmes.   Un   jour,   il   m’est   venu   le   goût   de   laisser   à   mes   fils,   une   trace de   cette   femme   qui   n’a   pas   été   uniquement   leur   mère.   Je   me   suis   inscrite   à   des   ateliers   d’écriture   avec   le   groupe   «Je   me   raconte» dans   le   but   de   produire   mon   autobiographie.   J’en   suis   à   ma   septième   année   d’écriture   sur   le   sujet,   je   prends   mon   temps,   c’est   mon choix.   Certains   participants,   à   ces   mêmes   ateliers,   ont   fait   éditer   leur   histoire   personnelle   après   ces   vingt-deux   semaines   d’écriture. Quelle belle réussite et fierté! J’aimerais   maintenant,   comme   on   dit,   «donner   au   suivant».   J’ai   fait   la   formation   pour   devenir   à   mon   tour   animatrice   pour   le   groupe JMR   «Je   me   raconte».   J’ai   hâte   de   partager   mon   expérience   d’écriture   et   d’être   à   l’écoute   de   l’autre.   Loin   d’être   source   d’angoisse, la   page   blanche   c’est   le   rendez-vous   de   tous   les   rêves   possibles   :   le   plus   sublime   des   poèmes,   le   frisson   d’un   polar,      le   roman historique,   la   nouvelle,   la   réflexion   intimiste   ou   le   récit   d’une   vie   et…   surtout   la   trace   que   nous   laisserons   à   ceux   qui   viendront   après nous. Juillet 2016, Nicole Gélinas # 062446 (Areq) et # 2386 (SGGTR) Animatrice «Je Me Raconte»
Écrivez votre vie dans nos ateliers de partage et de soutien
http://www.jemeraconte.com/quebec.html http://dgggzb.xara.hosting/Xara-jmr/page blanche.html